Comment rester en bonne santé | site informatif sur la prévention

I.
QUALIFICATIONS

Je suis actuellement employé comme professeur agrégé aux études religieuses à l’Université Washington de Saint-Louis, dans le Missouri, où j’enseigne « Le christianisme dans le monde moderne », « Les nouveaux mouvements religieux en Amérique », « L’expérience religieuse en Amérique du Nord » et « L’introduction aux religions dans le monde ». En outre, je travaille de manière indépendante comme écrivain, rédacteur, conférencier et consultant dans les domaines théologiques et religieux. Je suis membre honoraire de l’Académie américaine de religion. Une copie de mon curriculum vitae se trouve en annexe.

J’ai reçu une licence de philosophie de l’Université de Quincy, en Illinois, en 1962, une licence en théologie magna cum laude de l’école de théologie Harvard, à Cambridge, en 1966, et un doctorat en études religieuses spéciales en 1981 au collège St Michael, École de théologie de Toronto, Ontario. Durant mes études doctorales, j’ai mené une investigation sur la montée des nouveaux mouvements religieux aux États-Unis et à l’étranger après la Seconde Guerre mondiale, en me référant à leurs systèmes de croyance, leurs modes de vie, leur leadership, leur motivation et sincérité, leurs conditions d’existence matérielle et l’utilisation de leur terminologie religieuse. Dans le cadre de mes études doctorales, j’ai aussi étudié d’anciens mouvements sectaires, tels que la communauté des Qumram, l’orphisme, les religions du mystère, les ordres religieux médiévaux et les mouvements sectaires. J’ai été titulaire d’une bourse Fulbright en philosophie et en religions anciennes du Proche-Orient à l’Université de Heidelberg en 1966-67 et au cours de l’année 1968-69, j’étais membre de la Défense nationale des langues étrangères (titre VI) pour les langues sémites à l’Université de Pennsylvanie.

En plus de ma spécialisation dans le domaine des religions, je me suis impliqué personnellement dans la vie religieuse en tant que frère de l’ordre des frères mineurs, plus connus sous le nom de franciscains. Je suis entré au petit séminaire lorsque j’avais 12½ ans. À l’âge de 18 ans j’ai pris l’habit et suis entré au noviciat pour une année de prière, de méditation et de silence. À l’âge de 19 ans, en 1958, j’ai fait mes premiers vœux temporaires de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. De 1958 à 1962, j’ai étudié la philosophie et les sciences humaines. En 1962, j’ai prononcé des vœux définitifs et solennels de pauvreté, de chasteté et d’obéissance après quoi, dans mon cursus de théologie, j’ai étudié les Écritures chrétiennes, la théologie systématique, l’éthique, le droit canon, l’histoire de l’église et l’archéologie, etc. Le vœu de pauvreté signifiait que je ne possédais absolument rien, pas même les vêtements que je portais. J’ai vécu dans trois monastères différents dans l’Illinois et l’Ohio et j’en ai visité beaucoup d’autres du Midwest. En 1964, j’ai décidé de quitter le monastère. J’ai suivi toutes les procédures canoniques pour un départ en règle et j’ai reçu une dispense pour mes vœux directement du pape Paul VI, en 1965. Je reste catholique pratiquant. En tant que frère, j’ai fait l’expérience d’un type de vie religieuse très semblable à ce que vivent les membres de l’Organisation maritime en ce qui concerne l’étude, la discipline et l’engagement.

Avant mon poste actuel à l’Université Washington, j’ai enseigné à l’Université de Saint-Louis, dans l’État du Missouri, en tant que directeur du programme de maîtrise en religion et d’éducation et j’ai donné des conférences sur « l’expérience religieuse américaine » pendant les années 1977 à 1979, à l’Université de Toronto, province de l’Ontario où j’ai été professeur de religion comparée de 1976 à 1977, au collège Saint John à Santa Fe, au Nouveau-Mexique où j’ai été directeur du programme d’études des grandes œuvres universelles de 1970 à 1975, au collège La Salle à Philadelphie en Pennsylvanie où j’ai donné des conférences sur les études bibliques et l’anthropologie de la religion de 1969 à 1973 (pendant les sessions d’été), au collège de Chestnut Hill, à l’ouest de Boston, au Massachusetts, où j’ai donné des conférences sur les études bibliques, de 1967 à 1968, et au collège du Sacré-Cœur de Newton, au Massachusetts, où j’ai donné des conférences sur les études bibliques.

Depuis 1968, j’ai écrit et donné des conférences sur les mouvements religieux émergents aux 19e et 20e siècles en Amérique du Nord et ailleurs. Parmi eux se trouvaient le Grand réveil, le shakerisme, le mormonisme, l’Église adventiste du septième jour, les Témoins de Jéhovah, la nouvelle harmonie, la communauté de l’Oneida, la ferme de Brook, l’Église de l’unification, le mouvement Hare Krishna et l’Église de Scientology. J’ai souvent donné des conférences sur le thème des nouvelles religions dans les collèges, les universités, et lors de conférences professionnelles aux États-Unis, au Canada, en Europe, au Japon et en République populaire de Chine. J’ai également fait une déposition devant le Congrès des États-Unis, l’Assemblée de New York et les Assemblées législatives de l’Ohio, de l’Illinois et du Kansas au sujet des divers aspects de ces religions traditionnelles et des nouvelles religions d’aujourd’hui, dont j’ai une longue connaissance directe. Dans différents lieux et affaires juridiques, j’ai présenté des opinions et des témoignages concernant l’Association du Saint-Esprit pour l’unification de la chrétienté (l’Église de l’unification), l’Église de Scientology, les vaisnavites hindous (Hare Krishna), la Wicca, le Bruderhof, la milice chrétienne, les anabaptistes amish, les chrétiens pré-millénaristes, les rastafariens, et d’autres.

J’ai étudié l’Église de Scientology en profondeur depuis 1976, y compris son vaste ensemble d’écritures. En·visitant·des·églises·et·des·centres·de·Scientology·à·Los Angeles, à Gilman Hot Springs en Californie, à Clearwater en Floride, à Saint-Louis, à Portland en Oregon, à Toronto et à Paris, je me suis familiarisé avec le fonctionnement quotidien de la religion. J’ai mené de nombreuses entrevues avec des membres de l’Église de Scientology et j’ai observé les scientologues s’occuper pleinement des pratiques religieuses fondamentales de cette confession. Je me suis également familiarisé avec la plupart de la documentation existante sur la Scientology : que ce soient des articles érudits et objectifs, des articles de journaux ou des commentaires, tant favorables que défavorables. Sur la base de cette étude globale et à la lumière de ma formation universitaire et de mon expérience professionnelle continue, je me suis forgé les opinions que j’exprime ci-après.

F. L’électromètre
TÉLÉCHARGER LE LIVRE BLANC