Comment rester en bonne santé | site informatif sur la prévention

INTRODUCTION

L’Église de Scientology de Californie a chargé l’auteur de cette étude à déterminer si la Scientology était légalement une religion. L’auteur a accepté de remplir cette mission à titre gracieux en ayant des entrevues avec des membres de l’Église de Scientology de tout le pays aux lieux et places de son choix.

En juin, juillet et août 1980, il a eu des entrevues avec 21 personnes sélectionnées au hasard parmi les Églises de Sacramento en Californie, d’Albuquerque au Nouveau-Mexique, de Washington, et de Clearwater, en Floride. Dans chaque entretien, il a cherché à définir la manière dont son interlocuteur était entré en contact avec la Scientology, la nature actuelle de sa relation avec le mouvement, son activité professionnelle et s’il avait obtenu des réponses fondamentales au sujet de l’existence.

L’objectif de ces entretiens ne portait pas sur la nature de l’enseignement ou des principes de la Scientology, mais sur ce que la Scientology apportait à l’adepte. Cette approche était semblable à celle faite par un tribunal de Californie dans le procès Fellowship of Humanity vs Alameda County [l’Église humaniste Fellowship of Humanity contre le comté d’Alameda] dont le but était de vérifier si ce mouvement athée pouvait prétendre à une exemption de taxes sur ses biens à titre de « religion » :

La seule question dans un tel cas est de savoir objectivement si oui ou non la foi occupe la même place dans la vie de ces croyants que les croyances traditionnelles occupent dans la vie de la majorité des croyants, et si un groupe particulier réclamant l’exemption se conduit comme les groupes auxquels cette exemption a été accordée.

Cour d’appel californienne 153 2d alinéa 6920

Les répondants comprenaient treize hommes et huit femmes, dont huit étaient des membres permanents de l’Église à plein temps (membres du clergé ?) et treize à temps partiel (laïcs ?). Quelques-uns n’étaient membres de l’Église que depuis un an environ, alors que d’autres en faisaient partie depuis de nombreuses années (jusqu’à 18 ou 20 ans). Bien que les réponses aient été fort diverses, très peu de « nouveaux » éléments sont apparus lors des dernières entrevues, la plupart n’étant que la répétition d’informations et d’expériences déjà rencontrées dans des entrevues précédentes. En un sens donc, on a le sentiment d’avoir exploré de manière « exhaustive » les types de réponses suscitées par les questions posées.

L’enquêteur a essayé de ne pas « télégraphier » l’objet de son étude et de poser des questions ouvertes quand c’était possible, en reprenant les termes et les idées contenus dans les réponses obtenues, plutôt que de poser des questions froidement, comme cela se fait dans une entrevue classique. Les questions ne faisaient pas référence à la « religion », à moins que les répondants ne la mentionnent ; en fait, elles étaient plutôt axées sur « ce que la Scientology vous a apporté ».

Remarque : l’auteur a été un cadre exécutif pour la liberté religieuse au sein du Conseil national des Églises du Christ aux États-Unis (entre 1960 et 1990) et puis un conseiller en matière de liberté religieuse (depuis 1990). L’auteur se porte pleinement garant de cette étude et de ses conclusions. Elles ne seront ni attribuées au Conseil national des Églises du Christ ni à aucune des différentes Églises qui y sont rattachées.

I. Observations
TÉLÉCHARGER LE LIVRE BLANC