Comment rester en bonne santé | site informatif sur la prévention

II.
LA SCIENTOLOGY
ET LES DÉFINITIONS COMPARÉES DE LA RELIGION

Certains auteurs ont développé une définition de la religion en la distinguant d’autres systèmes de valeur (au sens de systèmes de pensée ou traditions théoriques qui donnent une signification à la réalité et à l’expérience de la vie). Stark et Gluck (1965), par exemple, opèrent notamment une distinction entre le « point de vue humaniste », qui tente de donner un sens à l’existence de l’Homme, et les religions qui prétendent au contraire avoir découvert ou établi des voies pour découvrir le véritable sens de l’existence. La différence entre ces divers systèmes est que, dans la perspective humaniste, on s’attache délibérément à donner à l’existence un sens sur lequel on s’accorde, et ce plus ou moins librement ; dans le second cas, on présume qu’il y aurait un sens préexistant à celui que l’individu ou le groupe social souhaiterait lui donner, et qu’il est possible de s’accorder sur ce sens. À ce sujet, Reginald Bibby écrit :

« Le point de vue religieux implique la possibilité que notre existence ait une signification qui précède celle que nous, en tant qu’êtres humains, décidons de lui donner. Par opposition, le point de vue humaniste laisse de côté la recherche de la signification de l’existence, et s’attache au contraire à donner un sens à l’existence. » (Bibby 1983, 103)

Partant de là, se demander si la Scientology constitue une religion équivaut à examiner si elle postule que la vie humaine a un sens préexistant et considéré comme vrai et immuable. Sur ce point, nous pouvons observer que, pour la Scientology, l’Homme est défini comme un être spirituel. Elle mentionne que l’Homme n’a pas un esprit, mais qu’en fait, il est un esprit. Cet esprit est appelé « thétan », nom tiré de la lettre grecque thêta. Il est dit que l’individu existe lui-même en tant qu’être spirituel. Les dons artistiques, la détermination d’une personne et son caractère propre sont autant de manifestations de la nature spirituelle de l’être. Le thétan constitue la personne elle-même.

Pour la Scientology, l’Homme se compose d’un corps, substance ou composition physique organisée ; d’un mental, qui consiste en images, en enregistrements de pensées, de conclusions, de décisions, d’observations et de perceptions ; et du thétan.

Pour la Scientology, l’Homme se compose d’un corps, substance ou composition physique organisée ; d’un mental, qui consiste en images, en enregistrements de pensées, de conclusions, de décisions, d’observations et de perceptions ; et du thétan. Le thétan est conçu comme le créateur des choses. Il est animé et vit indépendamment du corps et du mental, dont il se sert comme d’un système de contrôle entre lui et l’univers physique. Les scientologues affirment que l’Homme est un thétan et que le thétan est la source de toute création, qu’il est immortel et qu’il est la vie même, doté d’un potentiel de créativité illimité. Et bien qu’il n’appartienne pas à l’univers physique, il a la capacité potentielle de contrôler cet univers constitué de matière, d’énergie, d’espace et de temps.

En outre, la Scientology affirme explicitement qu’en se formant à sa doctrine, on atteint une compréhension de l’Homme, de son potentiel et des difficultés auxquelles il est confronté, qui dépasse de loin ce qu’enseignent les sciences humaines ou les sciences sociales. En ayant connaissance des principes de la Scientology, l’individu serait notamment capable de comprendre pourquoi certaines personnes réussissent là où d’autres échouent, pourquoi un homme est heureux là où un autre ne l’est pas, ou bien encore pourquoi certaines relations sont harmonieuses tandis que d’autres se désagrègent. L’étude de la Scientology permettrait à celui qui l’appliquerait de connaître le mystère de la vie et de parvenir à une compréhension absolue de sa nature immortelle. Grâce aux enseignements de L. Ron Hubbard disséminés par l’Église, l’individu peut atteindre le développement de toutes ses aptitudes sur les « huit dynamiques » postulées dans cette vision cosmique. Ces dynamiques, ou domaines dans desquels s’exprime l’activité humaine, sont :

1. L’individu. 2. La famille et le sexe. 3. Les groupes. 4. L’humanité. 5. Toutes les formes de vie. 6. L’univers physique. 7. La spiritualité. 8. L’infini ou Être suprême. (Scientologie 0-8 : le livre des fondements, pages 83 à 93)

L’objectif des enseignements de l’Église est d’élever le niveau de conscience de l’individu afin qu’il puisse contrôler et influencer toutes les dynamiques de la vie.

En résumé, comme la plupart des religions, la Scientology affirme avoir percé le mystère de la vie. Elle ne tente pas de donner un sens arbitraire à l’existence humaine, mais affirme avoir découvert le sens même de son existence. Ce faisant, elle se différencie du point de vue humaniste : elle n’avance ni ne suggère de normes ou de valeurs éthiques visant à donner un sens à la vie de l’Homme. Au contraire, elle affirme savoir qui est l’Homme et quel est le sens de sa vie. Parallèlement, et bien qu’ayant recours à un vocabulaire apparenté à celui des sciences, elle s’en distingue clairement, étant donné qu’elle ne cherche pas à décrire de quelle façon les événements se produisent, qu’elle ne formule pas de questions et qu’elle n’avance pas une hypothèse contraire en vue d’une modification. Elle affirme plutôt en avoir découvert les vraies causes et invite chacun à partager ce savoir.

III. La Scientology et les définitions fonctionnelles de la religion
TÉLÉCHARGER LE LIVRE BLANC