Comment rester en bonne santé | site informatif sur la prévention

I.
LA SCIENTOLOGY ET LES DÉFINITIONS
SUBSTANTIELLES DE LA RELIGION

Les définitions substantielles de la religion ont pour but de définir celle-ci conformément aux caractéristiques intrinsèques des expériences religieuses des pratiquants. Dans cette perspective, les expériences qualifiées de religieuses sont celles que les individus perçoivent comme extraordinaires, transcendantes et manifestement distinctes de la réalité quotidienne telle qu’on la perçoit habituellement. Ceux qui vivent de telles expériences sont incapables de les expliquer à l’aide des théories et des concepts généralement utilisés pour qualifier et décrire les événements survenant dans leur vie. Dans ces circonstances, cependant, l’expérience leur apparaît comme indéniable et plus réelle que leur perception du quotidien. Selon Peter Berger :

« Dans le cadre de l’expérience religieuse, la réalité quotidienne perd de façon spectaculaire son statut de réalité suprême, au lieu de quoi elle apparaît comme l’antichambre d’une autre réalité, de nature radicalement différente et néanmoins d’une importance considérable pour l’individu. Ce changement de perception de la réalité affecte toutes les activités matérielles de la réalité quotidienne, dont l’importance semble profondément amoindrie, triviale ou, pour reprendre les termes des ecclésiastes, n’être plus que vanité. » (Berger 1974, 130 et 131)

De ce point de vue, la religion est définie comme le royaume de l’extraordinaire, du sacré, de « l’autre ». En d’autres termes, la religion est la sphère de l’activité et de la pensée humaines, qui s’inspire des expériences mettant l’individu en contact avec quelque chose d’inexplicable, de merveilleux, de mystérieux, et de majestueux, que l’on ne peut interpréter à l’aide des raisonnements et des théories qui nous font prendre conscience des événements de notre existence. La fonction des institutions religieuses est de réguler, de définir et d’expliquer les expériences religieuses.

Se demander si la Scientology correspond aux définitions existantes d’une religion équivaut à se demander si elle a trait à certains types d’expériences extraordinaires mettant l’individu en contact avec une réalité d’un autre ordre, merveilleuse et surprenante, et si elle régule ou explique ces expériences. À mon avis, la réponse est oui.

Au-delà de la résolution des problèmes et de la réalisation d’objectifs quotidiens, la voie de la Scientology promet, à celui qui s’applique à en comprendre les pratiques, un cheminement progressif vers un bonheur durable et vers de nouveaux états de conscience jusqu’alors insoupçonnés. Le couronnement de ces états de conscience constitue une expérience de liberté totale où l’individu aurait la capacité de contrôler l’univers physique, composé de matière, d’énergie, d’espace et de temps, et de parvenir à une omniscience totale. Il prendrait alors clairement conscience de la dimension de la vie, de la mort et de l’univers. L’Église de Scientology déclare :

« L’Homme est composé de trois parties : le corps, qui n’est pas beaucoup plus qu’une machine ; le mental, divisé en deux parties – analytique et réactive – qui calcule et évalue et ne contient pas grand-chose d’autre qu’une collection d’images ; et le thétan, la vie elle-même, l’esprit qui anime le corps et utilise le mental. […] Le fait le plus significatif est que le thétan est à la fois supérieur au corps et au mental. […] Mais quelles sont ses limites ? Jusqu’où peut-il s’élever ?

« La recherche de ces réponses est devenue le sujet de la Scientology, ouvrant ainsi la voie vers la pleine réalisation du potentiel spirituel. »

« Cet état est appelé Thétan Opérant. [...] Bien que dépourvu de masse, de mouvement, de longueur d’onde et de localisation dans le temps et l’espace, le thétan possède néanmoins des capacités illimitées. Ainsi, le Thétan Opérant ou OT [de l’anglais Operating Thetan] peut se définir comme celui qui est “cause sciemment et de son plein gré sur la vie, la pensée, la matière, l’énergie, l’espace et le temps”.

« Ce n’est pas sans raison que l’on a dit de la Scientology qu’elle est la réalisation de l’espoir le plus fondamental de l’Homme, qui est de parvenir à sa liberté spirituelle, en éliminant les entraves accumulées au fil du temps pour revenir à son état originel, avec toutes les aptitudes qui lui sont inhérentes. » (Le Manuel de Scientologie, page XXIII.)

Une publication de l’Église décrit de la manière suivante les résultats que l’on peut obtenir si l’on atteint le niveau ultime de Thétan Opérant :

« Ces vérités sont indispensables à votre survie en tant que Thétan Opérant, et pour pouvoir parvenir à une liberté spirituelle totale. Vos concepts du temps, passé et futur, vont soudain changer, et vous découvrirez une stabilité et un niveau de conscience incomparables qui vous accompagneront dans cette vie et dans celles à venir. » (Magazine Source 99 : 21)

La différence entre cette expérience de liberté et d’omniscience, d’un côté, et le vécu ordinaire de l’Homme, est évidente. Qui plus est, la doctrine de la Scientology estime que celui qui suit la voie qu’elle a tracée peut parvenir à « l’extériorisation », état dans lequel le thétan (l’esprit) quitte le corps et existe sous une forme indépendante de la chair. Au cours de l’extériorisation, l’individu serait capable de voir sans les yeux du corps, d’entendre sans oreilles et de toucher sans mains, acquérant la conviction qu’il est lui-même (le thétan) et non son corps. Pour la Scientology, l’extériorisation du thétan témoigne de l’immortalité de l’esprit et du fait que celui-ci est doté de capacités dépassant celles qu’un raisonnement ordinaire serait à même de prédire :

« Le thétan est capable de quitter le corps et d’exister indépendamment de la chair. Une fois extériorisé, l’individu peut voir sans ses yeux, entendre sans ses oreilles et toucher sans ses mains. Jusque-là, l’Homme n’avait jamais vraiment compris qu’il pouvait ainsi se détacher de son mental et de son corps. Grâce à la Scientology, l’individu peut atteindre cet état d’extériorisation et acquérir ainsi la certitude qu’il est lui-même et non pas son corps. » (Qu’est-ce que la Scientology ? 1992 : 147)

On peut donc dire que la Scientology correspond aux définitions substantielles de la religion aujourd’hui en usage dans les sciences sociales.

En résumé, comme dans les très nombreuses religions qui constituent, sur le plan international, le « ferment religieux » des dernières décennies (les religions d’origine orientale, le pentecôtisme et les religions afro-américaines, pour ne citer qu’elles), les expériences religieuses qui sortent de l’ordinaire ou se démarquent du quotidien occupent une place centrale dans la Scientology. Comme c’est le cas pour d’autres religions, ces expériences sont d’une part motivées, régulées et interprétées par la doctrine et, d’autre part, considérées comme des preuves de la justesse de la vision cosmique partagée par le groupe. On peut donc dire que la Scientology correspond aux définitions substantielles de la religion aujourd’hui en usage dans les sciences sociales.

II. La Scientology et les définitions comparées de la religion
TÉLÉCHARGER LE LIVRE BLANC