Comment rester en bonne santé | site informatif sur la prévention

La Scientology en tant que nouvelle religion

En gardant à l’esprit la discussion sur les cinq catégories ci-dessus, essayons maintenant d’envisager le rôle et la place de l’Église de Scientology dans l’augmentation rapide de l’ensemble des mouvements appelés « nouvelles religions », en nous attardant sur ses enseignements, ses pratiques et ses organisations. Et à nouveau, la question cruciale se pose : la Scientology est-elle ou non une « religion » ? Ce témoignage peut être comparé à une autre étude de Bryan R. Wilson, un sociologue britannique des religions qui a étudié la Scientology selon les paramètres suivants des religions en général :

a. des croyances, pratiques, relations et institutions relatives au surnaturel, préoccupation ultime de l’Homme, etc. ;

b. des pratiques reflétant l’obédience, le respect ou un culte ;

c. le caractère collectif ou de groupe de la vie religieuse.

Après une étude approfondie de plusieurs religions du monde, B. Wilson donne une description détaillée de la théologie et de l’institution de la Scientology. Ses importantes conclusions sont que « les religions changent avec le temps » et que « la religion est intrinsèquement le siège de changements ».

Bryan Wilson reconnaît l’importance de ce facteur de « changement » quand il insiste sur des faits sur lesquels nous partageons son opinion : « les nouvelles religions » ou « les mouvements modernes ne seront pas en accord avec tous les points de notre modèle (relativement intemporel) ». La déclaration finale de B. Wilson est que « la Scientology est une religion authentique et devrait être considérée comme telle ».

Nous examinons maintenant la Scientology sous l’angle des cinq dimensions d’une religion.

A. La dimension cognitive

La dimension cognitive de la Scientology est évidente du fait de sa vision unique et détaillée du monde et de l’univers, dans sa doctrine des huit dynamiques, qui divise l’existence en huit sphères avec, à l’apogée, le royaume spirituel et Dieu. La croyance des scientologues en l’existence du surnaturel est comprise dans leur croyance de leur nature spirituelle (le thétan), leur croyance de l’immortalité du thétan durant ses milliers de vies antérieures ainsi que dans leur croyance en un monde spirituel et en Dieu. C’est par ces pouvoirs surnaturels et Dieu que les scientologues déterminent leur destin, leurs besoins et leurs valeurs.

La Scientology doit certainement être caractérisée comme une religion écrite ou religion du « Livre ». Ses traditions sont transmises presque exclusivement par son credo, les volumes écrits et les conférences de son fondateur.

B. La dimension affective ou émotionnelle

La dimension affective ou émotionnelle de la Scientology se trouve dans la relation étroite entre la pratique de la Scientology et le domaine du surnaturel. L’expérience religieuse de la Scientology réside dans l’audition et la formation par lesquels les scientologues communient avec leur réalité spirituelle. Cette communion est particulièrement marquée en audition. Le ministre de Scientology guide le thétan qui reprend contact avec ses vies passées pour résoudre des situations de détresse spirituelle. Les scientologues communient avec le plan spirituel et avec Dieu dans leurs efforts pour coordonner et équilibrer leurs huit dynamiques. Les scientologues se considèrent et considèrent les autres comme des esprits (pas des corps) vivant bien au-delà de la dimension physique. Ils ont généralement un comportement collectif et sont solidaires avec les autres êtres et l’univers spirituel.

C. La dimension conative ou comportementale

La dimension conative ou comportementale de la religion de Scientology se retrouve dans ses rites : les pratiques religieuses de l’audition et de la formation, et dans ses rites de passage : cérémonies du mariage, des funérailles et d’attribution du nom. La doctrine de Scientology demande également les plus hauts critères de conduite éthique de la part de ses paroissiens et a un système de codes de comportement très développé pour guider leur conduite. Ces codes se trouvent dans les principes généraux du « système d’éthique et de justice » de la Scientology aussi bien que dans des codes plus spécifiques tels que le Code de l’auditeur, le Code du superviseur, le Code d’honneur et le Code du scientologue.

D. La dimension sociale

La dimension sociale de la religion de Scientology se reflète dans son aspect ecclésiastique complexe. La hiérarchie ecclésiastique internationale de l’Église de Scientology est composée de plusieurs niveaux et de plusieurs organisations spécifiques dont la fonction est de veiller à l’orthodoxie de chaque église et de superviser ses activités. Il y a l’Église de Scientology internationale (CSl), l’« Église mère » de la hiérarchie ecclésiastique qui supervise la pratique et la propagation de la religion sur un plan mondial. Il y a le Religious Technology Center qui est directement responsable de la pureté des Écritures de la Scientology et de l’orthodoxie de la pratique de la religion.

Les Églises sont placées sous la supervision de CSl et sont organisées selon un ordre hiérarchique qui reflète le niveau des services religieux qu’elles fournissent. Il y a par exemple l’Église de Scientology de Floride, appelée organisation des services de Flag, qui fournit les plus hauts niveaux de services religieux de Scientology, et les diverses « Organisations avancées » et « Saint Hill » situées à divers endroits dans le monde, qui fournissent les niveaux intermédiaires de services religieux. Sous elles, les Églises de Scientology locales, les Missions de Scientology et les ministres indépendants fournissent les services d’un niveau inférieur. Chacun de ces niveaux est à son tour supervisé par une organisation ecclésiastique qui est subordonnée à CSl.

E. La dimension culturelle

La dimension culturelle de la Scientology est à la fois riche et variée. Bien que nouvelle, la Scientology a déjà une culture particulière identifiée par de nombreuses caractéristiques uniques. Elle a sa propre nomenclature (énoncée dans deux dictionnaires), avec des termes tels que « thétan », « Clair » et « audition », pour n’en citer que quelques-uns. Elle a son propre calendrier de jours fériés, comme l’anniversaire de L. Ron Hubbard, « la Journée de l’auditeur » et d’autres dates à signification particulière uniquement pour les scientologues. Certains lieux particuliers ont une signification religieuse importante dans la Scientology et les membres y font des pèlerinages. Par exemple, le manoir de Saint Hill en Angleterre qui fut la maison de Ron Hubbard et l’Église de Scientology de Flag en Floride.

Les scientologues mènent leur vie strictement en accord avec les Écritures de la Scientology. Ils appliquent l’éthique et la morale de la Scientology dans leurs affaires quotidiennes, leurs relations avec les autres et leur vie de famille. De nombreux scientologues inscrivent leurs enfants dans des écoles appliquant les principes de Scientology, comme les méthodes d’étude conçues par Ron Hubbard. Les scientologues ne prennent pas de drogue et s’opposent formellement à sa consommation.

Les scientologues les plus dévoués à leur religion sont membres de l’Organisation maritime. Ils vivent en communauté, prennent soin les uns des autres pour leurs besoins économiques journaliers tels que la nourriture, le logement et les soins médicaux, portent des uniformes reconnaissables, vivent conformément aux usages établis et consacrent presque tout leur temps de travail au service de leur religion. L’Église de Scientology avec toutes ses fonctions est clairement un « mode de vie » pour les gens qui servent dans son ordre religieux.

IX. Conclusions
TÉLÉCHARGER LE LIVRE BLANC